Etude Ford : 89% des cyclistes se sont déjà sentis en danger sur la route

02/06/2021

"La multimodalité est un phénomène de société qui va aller en grandissant. La conviction de Ford, c’est que la prise en compte et la coopération entre tous est la clé d’une expérience sereine et sûre sur la route. C’est la raison d’être de notre programme de sensibilisation “Share The Road”. En menant aujourd’hui cette étude avec YouGov, nous souhaitons mettre en exergue des incompréhensions évidentes sur l’usage du code de la route afin d’espérer aider un plus grand nombre de personnes à “partager” la route en parfaite sécurité. C’est tous ensemble que nous faciliterons la mobilité de demain."

- Louis-Carl Vignon, Président Ford France –

Avec le lancement de son programme de sécurité routière baptisé « Share the Road », Ford espère faire changer les mentalités et réconcilier tous les usagers de la route qui se diversifient. Et avec la multiplication des mobilités, vient l’enjeu de la multimodalité, qui s’impose de plus en plus en Europe notamment dans les villes. Cependant, un phénomène d’autant plus important s’est largement accru ces 12 derniers mois, au point d’en devenir complètement essentiel.

En effet, en ville, le vélo est largement utilisé, grâce à sa facilité d’accès et à l’aspect pratique qu’il confère. Cependant, la multiplication des usagers et leur cohabitation constitue un véritable défi. Le fait que les accidents de vélo en France se maintiennent à un niveau élevé depuis 10 ans montre bien que de nombreuses règles du code de la route s’appliquant aux cyclistes ne sont ni connues ni respectées. En France en 2020, 174 cyclistes ont été tués…

Sur la base de ce constat, Ford a décidé d’agir en essayant de réconcilier les différents usagers de la route. Une étude a donc été menée avec l’institut YouGov, ayant pour objectif d’évaluer la connaissance des Français en matière de règles du code de la route concernant uniquement les vélos, que ce soit du point de vue des cyclistes eux-mêmes ou bien des automobilistes.

Les résultats ont montré, dans un premier temps, que depuis le début de la crise sanitaire, l’utilisation du vélo a augmenté de 24% chez les 25-44 ans. Ce qui montre parfaitement que les vélos sont bien des moyens de mobilité importants, et ayant fait leurs preuves, qu’elles soient écologiques, économiques ou simplement pratiques.

Parallèlement à cela, les résultats de l’étude ont montré que même s’ils sont de plus en plus nombreux, les cyclistes ont avoué, pour 60% d’entre eux, avoir eu un comportement ne respectant pas le code de la route, comportement concernant 50% des automobilistes d’après cette même étude. Cela peut s’expliquer par le fait qu’au sein de son étude, Ford a pu constater que 37% des cyclistes ignorent que les sonnettes sont obligatoires pour circuler à vélo, et que 25% d’entre eux, le port des écouteurs ou d’un casque audio est autorisé à vélo, mais ce n’est pas tout. Concernant les panneaux de signalisation, les cyclistes sont 20% à ne pas connaître le panneau « Tournez à droite » à un feu de signalisation. Si Ford a souhaité mettre ces lacunes en lumière, c’est parce que ces règles du code de la route sont essentielles et que leur respect favoriserait la sécurité de tous.

Mais les lacunes des cyclistes ne sont pas la seule cause du nombre d’accident. Des tensions opposant les différents usagers existent et sont bien réelles, et le fait que 50% des automobilistes pensent que les cyclistes ne respectent pas le code de la route en est la preuve. Mais ce ne sont pas uniquement les cyclistes qui sont en tort, en effet, 39% des automobilistes se trompent quant à la distance de sécurité à respecter avec les cyclistes. Ces erreurs, concernant tous les types d’usagers montrent à quel point ces désaccords sont forts, et comment leurs conséquences peuvent être une source de danger.

Depuis quelques années, Ford a pris conscience du rôle crucial que joue la pédagogie pour la bonne entente et la sécurité de tous sur la route, c’est pourquoi le programme « Share the Road » met en place des initiatives innovantes.


Retour